Home - Texts - Galleries - Other media- Links - Contact

 

 

Carl-Michael Edenborg



Roxanne


Il y a peut-être plus d'une "Entrée ouverte au palais fermé du roi". Dans le temple moderne du cinéma pornographique nous pouvons voir, comme dans une grotte platonienne, l'ombre des mystères contre l'autel vertical. Assis sur le galon rouge dans une obscurité compacte, nous sommes emportés par l'illusion que nous, hommes jeunes ou agés qui nous cachons dans la salle, traversons avec une vitesse effrayante un tunnel noir en direction de la lumière. Les dégoulinantes cérémonies d'initiation nous éloignent de l'établi par l'usage.


Inspiré par un texte de Robert Lebel, Pornographes & Cie, écrit en 1977 (*), je pris courage et me laissai entraîner dans les sales petits remous de ces sanctuaires. Cela se passait un hiver à Paris. J'étais poussé à y retourner à plusieurs reprises, comma à un projet en cours. A Stockholm il n'y a plus qu'un seul de ces anciens lieux de culte. Il s'appelle Fenix et est situé dans Drottninggatan. C'est le cinéma le plus ancien de la ville et date de 1913. On s'y faufile après s'être surmonté. Le 12 octobre 1992 j'y suis retourné, pour participer au culte de hierosgamos, l'union sacrée. Les figures qui se découpent sur la grande voile de l'écran ont autant de réalité que les dieux de la mythologie.


Ce n'était pas un bon film qui était projeté. Dynamic Vices est un film américain réalisé dans les années 80, et trop stérile pour être à même de créer une atmosphère sacrale. Mais son point culminant, le dernier coit, tendit la voile de vent et mit le navire en mouvement. Il peut être décrit en quelques mots de la façon suivante:


Un agent de police blanc va arrêter la directrice d'un club porno. Elle est noire et s'appelle Roxanne. Il sait qu'elle possède des forces magiques; les hommes qui lui lèche le sexe tombent en son pouvoir. Il refuse d'exécuter ce cunnilingus, et obtient en revanche qu'elle fasse de même avec lui. La Noire se déshabille, et l'on remarque alors qu'elle a un clitoris très protubérant d'une longueur d'environ deux centimètres. Le coit a ensuite lieu. Dans la première position elle est couchée sur une table et il se tient debout. Elle se trouve ensuite le torse penché sur un divan et il est debout derrière elle. Ils sont finalement couchés tous les deux, elle le dos tourné contre lui. Il répand sa semence blanche sur son ventre noir. Lorsque l'acte est terminé, il l'arrête. Pour finir on la voit assise dans une cellule. Un agent de police féminin lui lime les ongles.


La scène me saisit immédiatement, réclame mon attention et m'oblige à réfléchir, à interpréter som langage d'oracle. Tout d'abord je retiens le nom de la Noire, Roxanne. D'après la caballe phonétique ce nom est parent du latin rosa, rose, et ros, rosée. Mes premières associations vont vers la mariée du Chant des chants de Salomon: "Je suis noire, mais pourtant belle." "Comme une rose parmis les épines, telle est ma bien-aimée parmis ses soeurs." Comme une rose noire couverte de rosée - - - . Ensuite j'en suis arrivé à penser à la sainte vierge, souvent représentée comme une rose, et plus précisément à la Madonne Noire que j'ai vue dans la cathédrale de Chartres (dont les vitraux sont d'ailleurs fameux). En grec ce nom est parent de rox, fissure et aussi de raisin.


Les quatre significations du nom de cette femme (rose, rosée, fissure, raisin) sont les quatre piliers qui supportent le symbolisme de la scène. Ce symbolisme se rapporte sans aucun doute à l'alchimie - sa mythologie contient comme nous allons voir les mots cités. La négresse Roxanne n'est dans ce cas rien d'autre que la matière première chaotique qui est à la base du Grand OEuvre. Fulcanelli constate (dans Le Mystère des Cathédrales) que "Dans la symbolique hermétique les Madonnes Noires représentent la terre vierge que l'alchimiste doit choisir pour matière dans son Grand OEuvre." Cette terre a également été décrite comme un "dragon noir et venimeux". Le clitoris protubérant donne à entendre le caractère hermaphrodite (ou plutôt non différencié) de cette matière. La magie noire de Roxanne la situe dans la domaine du mal ("dragon venimeux"), repoussée et rejetée. Et en tant que noire (à notre époque de racisme), elle est "la plus basse des matières, méprisée et jetée sur le fumier". Mais c'est précisément dans cette matière que l'alchimiste recherche le plus élevé.


L'agent de police blanc est le contraire de Roxanne. Plusieurs dicotomies caractérisent d'emblée leurs relations hostiles: homme - femme, blanc - noir, policier - criminel. Leur union är l'union des contraires. Alors que lui, en tant qu'agent de police, c'est-à-dire représentant de la violence et du pouvoir armé, joue le rôle de Mars, elle prend la place de Saturne dans la première conjonction de l'OEuvre alchimique. Dans l'Atalanta fugiens de Michael Maier cette phase de l'oeuvre est représentée par un homme tranchant un oeuf avec son glaive.


Cette opération contient trois répétions. Dans l'Aurora Consurgens du pseudo Thomas d'Aquin on peut lire: "Ce rocher [c.à.d. la matière première] ne peut être cassée autrement que par trois coups du bâton de Moïse." C'est ce bâton qui d'après le Deuxième livre de Moïse aurait été changé en serpent devant le Pharaon, changé l'eau du Nil en sang et faire jaillir de l'eau d'un rocher.


Dans la première position de coit les corps de "l'esclave rouge et de sa puante épouse" forment une croix (elle horizontale, lui vertical), dans la deuxième une croix n'ayant qu'un seul bras (elle les jambes verticales et le torse horizontal, lui vertical), et dans la troisième une ligne (tous les deux en position horizontale). Ces trois positions représentent les trois répétitions nécessaires. La croix est le symbole alchimique du creuset. Le processus lui-même exprime un degré croissant d'union. Pour finir Roxanne suce par sa puissance magnétique la semence du mâle. Cette semence génératrice a un caractère mercuriel évident. La matière sombre est purifiée par elle et s'uni d'une manière sublime avec elle.


Comme résultant immédiat de ces événements bouleversants, Roxanne est jetée en prison! Mais ceci n'est pas arbitraire. L'alchimiste du XVe siècle George Ripley raconte sans ses Cantilènes comment un roi stérile est uni à sa mère:


"16. Du corps de l'homme mourant sortait un poison, qui souillait sa blanche face maternelle. Alors elle fit sortir tous les étrangers de sa chambre et en scella solidement l'entrée."

 

 

Home - Texts - Galleries - Other media- Links - Contact